«

»

avr 12 2014

Nouvelles fraiches

Voila bientôt un an que je n’ai pas écrit un mot sur mon blog…
Il y a en fait pas mal de raisons mais les deux principales sont d’une part, l’école est devenue de plus en plus difficile et donc j’avais moins de temps libre pour écrire ici, d’autre part, je me suis habitué à la vie japonaise.
Par s’habituer, je veux dire que plus rien ne me choque. Je ne dis pas que tout est normal, on a des fous dans tous les pays. Et rencontrer ce type qui promène un légume en laisse dans le métro n’est pas normal !

J’ai également eu un ras-le-bol de l’école où j’ai étudié pendant un an et demi… Peut être trop longtemps ! Quand on travaille en France et qu’on retourne sur les bancs de l’école, au début, on a ce côté un peu excitant. C’est le retour à l’aventure. Mais progressivement on finit par en être fatigué. C’est paradoxale mais on rêve d’une chose, travailler !

Mais tant que mon niveau de japonais n’était pas suffisamment bon, je ne voulais pas travailler. Bon nombre des personnes qui viennent avec un visa étudiant au Japon trouvent plus ou moins rapidement un travail « alimentaire ». Je ne voulais pas travailler au Macdo ou comme simple serveur dans un restaurant français. Ce genre d’experience est bon pour payer ses factures mais dans une perspective d’avenir, cela ne sert en rien sur un CV. J’ai donc attendu patiemment mon heure et j’ai bien fait car j’ai trouvé un poste en 2 jours qui valorise mon CV.
Avec une certaine chance, je me suis présenté au bon endroit au bon moment.
Il y a 3 ans, quand je suis venu au Japon pour la premiere fois, j’ai cherché un poste de vendeur de vin dans un grand magasin à Tokyo. A l’époque j’avais rencontré le responsable du magasin qui m’avait dit que je ne pouvais pas avoir de Baito faute de savoir parler correctement le japonais mais que mon CV était intéressant.

J’y suis donc revenu sauf que cette fois ci, j’ai un bien meilleur niveau en japonais, et j’ai également des diplômes du vin. Il m’a embauché sur le coup en me disant, « ok pas de problème, revenez avec un CV au format japonais et ce sera bon ».
Aujourd’hui, je suis donc embauché à hauteur de 28 heures par semaine (durée légale maximum autorisée par mon visa) comme vendeur de vin dans un très grand magasin.
Chose amusante, preuve que mon responsable prends des risques en m’embauchant, je suis le seul non-asiatique. 95% des employés sont japonais, après le reste, ce sont des chinois ou des coréens et moi !

Mais je suis français et je viens de Bordeaux et je vends du vin ! Comme quoi ça aide pas mal.

Ah j’oubliais, le soir, après avoir travaillé, généralement on boit quelques vins qui étaient en dégustation au bar du magasin. Une bonne manière de boire pas mal de vin différent et de mieux pouvoir conseiller le client quand il cherche quelques choses de précis. Hier par exemple j’ai gouté une dizaine de vins différents.

2 Commentaires

  1. Seb H

    Bravo mec, je pense aussi que des fois les gens veulent miser sur un symbole, ça peut être toi! le début de la gloire! :-D
    Bon vent l’ami!

  2. JohnJohn

    Il suffit juste d’avoir le courage de partir.
    Mais dela à devenir un symbole… Tu y vas un peu fort ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>